Aller au contenu principal
1goglinmailprinttw
Investment Management France
Investment Management France
open/close menu
call
  • Nous contacter
souscrire
Prendre rendez-vous
Nous écrire
Nous téléphoner
Xclose block
Xclose block
 

Un mécanisme de création de valeur vertueux pour nos investisseurs

Interview de Jean-Hugues Quincy
Responsable technique & RSE

 

Au sein du service Technique de BNP Paribas REIM France, Jean-Hugues Quincy est en charge de programmes de rénovation d’immeubles mais aussi des actions RSE. La société de gestion a une approche particulièrement pionnière et volontariste en la matière. Elle a mis en place un programme ambitieux et très structuré pour l’amélioration de la qualité environnementale et sociétale de ses immeubles. Ce sens de la responsabilité à l’égard de ses clients, de ses locataires et de la société en général n’est pas simplement une action bienfaisante. C’est aussi une façon pour BNP Paribas REIM France de toujours mieux valoriser et pérenniser le patrimoine géré.

 

 

BNP Paribas REIM France a mis en place un programme RSE particulièrement volontariste…

 

J.-H. Q. : En effet. Le programme RSE est encore assez récent, mais il est ambitieux. Nous nous sommes fixés une série d’objectifs à horizon 2020 visant à réduire notre impact environnemental et à améliorer les critères sociaux de nos actifs. Ces 15 objectifs ont été formalisés et inscrits dans une charte. Puis, nous avons posé des objectifs intermédiaires qui nous permettent de décomposer ces grands objectifs pour les atteindre plus efficacement. Afin de suivre notre progression dans l’atteinte de ces objectifs, nous avons défini des indicateurs chiffrés. Cette progression fait l’objet d’un audit par un cabinet externe, Mazars, pour garantir à nos investisseurs et partenaires le plus de transparence possible sur le sujet.  

 

 

Portrait Jean_Hugues Quincy Ces actions concernent-elles l’ensemble des immeubles de votre patrimoine ?

J.-H. Q. : Pour cibler nos actions de la façon la plus efficace possible, nous avons constitué un panel RSE. Il rassemble les immeubles les plus importants et sur lesquels les actions sont les plus susceptibles d’avoir un impact. Ce panel rassemble aujourd’hui, en valeur vénale, 70% des immeubles du patrimoine, hors mandat et SCPI fiscales soit un peu plus de 200 actifs. Mon rôle, en tant que responsable du programme RSE, est de trouver des idées très concrètes pour réduire l’impact environnemental et  améliorer les critères sociaux des actifs de ce panel.

 

 

Quel a été l’élément déclencheur de la mise en place de cette politique ?

J.-H. Q. : Nous avons décidé de lancer notre programme RSE à la suite de la signature des Principes pour l’Investissement Responsable de Nations Unies (PRI). De plus, en application des dispositions de la loi Grenelle II, les propriétaires seront prochainement soumis à l’obligation de réduire de 25% la consommation d’énergie de leurs bâtiments à horizon 2020. Nous avons décidé de tout mettre en œuvre pour atteindre cet objectif. Nous avons très rapidement lancé des études et audits énergétiques qui nous ont amené à définir les axes de notre charte.

 

 

Quelle importance accordez-vous aux labels et certifications ?  

J.-H. Q. : Obtenir des labels et certifications, comme le HQE (Haute Qualité Environnementale) ou le BBC (Bâtiment Basse Consommation) est évidemment un objectif. S’il n’est pas toujours possible de les obtenir pour tous les actifs, nous en tirons en revanche des idées que nous déclinons ensuite sur le reste du patrimoine, hors du cadre de la certification.

 

 

Quels sont vos axes de travail actuels ?

J.-H. Q. : Nous travaillons sur la mise en place de dispositifs permettant de récolter des informations sur les flux et la consommation énergétique au sein des immeubles : chauffage, climatisation, électricité, eau… Nous disposons de ces informations pour les parties communes mais de façon encore partielle pour les parties privatives. Collecter cette data nous permettra d’avoir une vision globale de l’empreinte du parc. Nous pourrons ainsi identifier les actifs dont la consommation n’est pas en cohérence avec des immeubles similaires. L’objectif est de pouvoir mettre en place ensuite des actions afin d’homogénéiser les pratiques. Nous cherchons à aller vers une standardisation des pratiques et aménagements entre les différents immeubles. Nous nous perfectionnons constamment pour arriver à améliorer le niveau de performance énergétique au meilleur coût.

 

Nous nous perfectionnons sans cesse pour arriver au plus grand niveau de performance énergétique possible au meilleur coût. 

 

 

Quels sont les avantages de ce programme pour BNP Paribas REIM France et ses clients ?

J.-H. Q. : Le premier avantage de cette démarche est d’enrichir nos relations avec les locataires. Nos échanges ne se limitent plus à une simple approche immobilière et juridique. Nous nous retrouvons autour de valeurs fortes, engagés ensemble pour le développement durable par la mise en place de mécanismes d’économies d’énergie. Cette qualité de relation nous permet de nous inscrire dans une logique de partenariat de long terme avec eux et de les fidéliser. Le second avantage est de créer de la valeur pour les immeubles. Les entreprises sont aujourd’hui à la recherche de locaux leur permettant de réaliser des économies d’énergie, afin d’alléger leur facture, mais aussi pour être en ligne avec leur propre approche RSE. En améliorant continuellement le parc immobilier, nous disposons d’actifs en phase avec cette attente du marché, en particulier de la part des plus grandes entreprises, tant pour la location que pour la revente. In fine, au-delà d’un engagement pour  l’avenir, c’est donc aussi un mécanisme de création de valeur vertueux pour nos investisseurs.

 

Une façon d’enrichir et d’inscrire dans la durée nos relations avec nos locataires.

 

Votre politique RSE porte-t-elle exclusivement sur des aspects environnementaux ?

J.-H. Q. : Nous avons des cibles principalement environnementales mais nous travaillons de plus en plus sur des objectifs sociétaux. Nous nous efforçons d’améliorer l’accessibilité PMR (Personnes à Mobilité Réduite) des bâtiments. Au sein de BNP Paribas REIM France elle-même, nous sommes en train de mettre en place une démarche d’amélioration du bien-être pour nos collaborateurs, considérant que mieux ils seront dans l’Entreprise, meilleure sera leur implication pour les clients.

 

 

Quelles autres formes votre engagement RSE prend-il ?

J.-H. Q. : Nous faisons partie d’un groupe de travail sur la valeur immatérielle des immeubles Son objectif est de créer un outil de scoring permettant de mesurer le bien-être des occupants d’un immeuble. Un actif n’a pas qu’une valeur matérielle. Les services qu’il propose peuvent avoir un impact très important sur la productivité des collaborateurs qui l’occupent. La mise en place de ces services est un vrai levier de productivité qui peut accroître la valeur immatérielle de l’actif. D’où l’intérêt de pouvoir la mesurer pour la valoriser au mieux.

 

 

Participez-vous à d’autres initiatives ?

J.-H. Q. : Nous participons au concours CUBE 2020, organisé par l’IFPEB (Institut Français Pour la Performance Energétique des Bâtiments). Nous inscrivons chaque année plusieurs immeubles à ce concours. Il s’agit dans un premier temps de reconstituer la courbe de consommation énergétique moyenne d’un actif donné. L’objectif des participants ensuite est de mettre en place toute une série d’actions au niveau de l’immeuble afin de passer en dessous de cette courbe. Les leviers d’action portent sur l’usage et le réglage du bâtiment. Sept de nos immeubles y ont participé en 2016. Nous avons été récompensés en tant que meilleur accompagnateur des locataires et pour la meilleure progression du parc inscrit pour un bailleur. Nous avons participé à réduire la consommation énergétique de certains actifs de 24%, et ce sans travaux ! Ce concours est une occasion unique de nous rapprocher de nos locataires. Nous impliquons nos preneurs dans le processus car nous devons agir sur la façon dont leurs collaborateurs utilisent l’énergie, comme le fait de laisser des chargeurs branchés par exemple. Nous organisons des conférences avec eux, nous échangeons sur les bonnes pratiques et les difficultés, nous mettons à disposition des locataires des guides pédagogiques à destination des collaborateurs pour optimiser leurs usages. Pour nous, le concours est un laboratoire qui nous permet d’essayer et de voir les méthodes qui fonctionnent. Puis de les répercuter ensuite sur l’ensemble du parc ! Et ce, en travaillant sur l’usage et pas forcément sur les travaux complexes et coûteux.

 

Nous avons participé à réduire la consommation énergétique de certains actifs de 24% sans travaux !